Beranger

Médium

CODE: 171

0901 88 81 25 Fr. 2.90/min

Beranger au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Kevin

Médium

CODE: 978

0901 444 010 Fr. 2.-/min

Kevin978 au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Dimitri

Voyants - Magnétiseurs

CODE: 708

0901 262 655 Fr. 2.90/min

Dimitri au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Grégoire

Voyant

CODE: 943

0901 262 655 Fr. 2.90/min

Grégoire au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Stella

Voyante et astrologue

CODE: 298

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Stella au 700 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Chatelain

Voyante Médium

CODE: 340

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Chatelain au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Irene

Voyante médium pure certifiée

CODE: 300

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Irene300 au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Elen

Médium Voyante

CODE: 787

0901 444 010 Fr. 2.-/min

Elen au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Eliakim

Voyant et numérologue chevronné

CODE: 474

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Eliakim au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Olivier

Clairvoyant et Médium pur

CODE: 732

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Olivier au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Emmanuela

Médium renommée

CODE: 832

0901 444 010 Fr. 2.-/min

Emmanuela au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Deborah

Voyante Médium

CODE: 629

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Deborah au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Samantha

Meilleure Voyante

CODE: 305

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Samantha au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Perla

Voyante, Médium

CODE: 340

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Perla au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Luise

Voyante

CODE: 331

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Luise au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Anaïs

Médium sérieuse

CODE: 855

0901 88 81 25 Fr. 2.90/min

Anaïs au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Carmen

Voyante cartomancienne réputée

CODE: 815

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Carmen815 au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Patrick

Voyant et Médium

CODE: 607

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Patrick au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Cecilia

Voyante médium pure réputée

CODE: 474

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Cecilia au 700 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Elvira

Voyante sans support

CODE: 586

0901 77 70 20 Fr. 2.90/min

Elvira au 700 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Jonathan

Voyant du slave

CODE: 871

0901 262 655 Fr. 2.90/min

Jonathan au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

Dominique

Medium, Clairaudience

CODE: 278

0901 88 81 25 Fr. 2.90/min

Dominique au 911 prix 2.90 CHF
par SMS/reçu.

ES arts divinatoires ont e’te’ depuis un siècle l’objet d’un bien significatif escamotage. Il semble, en effet, que la science positiviste, par répugnance pour tout ce qui paraissait restaurer une certaine finalité, et confondant en son aveuglement la méthodologie fina- liste de la divination et l’existence bel et bien objective des techni— ques divinatoires, ait délibérément ignoré cet immense secteur de l’activité et de la pensée humaines. Par une espèce de crainte de la contamination, le savoir scientiste, paradoxalement péchant contre l’objectivite’ par excès de zèle objectifiant, a laissé dans l’ombre des songes et dans la suspicion du mensonge non seulement tout ce qui ne semblait pas satisfaire a‘ l’explication mécaniste, mais encore tout ce qui ne s’en satisfaisait point. Ce refus et cette ignorance ont été encore aggravés par un aspect secondaire du positivisme au XIXe siècle, et qui consiste, lorsqu’on ne peut plus reconstituer la trame explicative des équations déterministes, a‘ faire appel, en sociologie, a‘ la causa- lité historique, et en psychologie, a‘ la causalité me’morielle pour rendre compte d’un phénomène rebelle à se ranger dans le déterminisme des formules. Mémoire et histoire renforcent le schéma mécaniste de la causalité efficiente. Faute de découvrir des relations rationnelles, on se contente d’ante’ce’dences posi- tives et, seul, ce qui précède l’objet de la recherche ou ce qui concorde dans le pre’sent possède une valeur explicative. Ana- thème alors à l’imagination prospective! Intuition et prophétie mêmes ne purent se maintenir au siècle de Renan et de Comte que rangées dans les localisations psychiques du déterminisme
associationniste ou dans les archives rassurantes des philosophies de l’histoire.
Enfin, ce refus et cette ignorance positivistes étaient peut-être prépare’s, a‘ leur insu, par six siècles de dogmatisme excommu- nicateur qui contribuèrent à reléguer en Occident les techniques de la divination du côté des hérésies. Sociologiquemcnt, la loi du 28 avril 1832 qui poursuit les « gens qui font métier de deviner, de pronostiquer, ou d’expliquer les songes » est dans l’exact prolongement de bien des décisions inquisitoriales
qu’évoquent fâcheusement encore les propos ve’he’ments de tel astronome contemporain qui part en << croisade » (sic) contre
Cependant, parallèlement à cette concentration de la rigueur scientiste et qui semble venir de loin, les dernières décennies du x1xe siècle et le de’but du xx“ siècle allaient entraîner une pro- fonde révolution épistémologique qui devait supprimer les motifs d’aveuglement que nous venons de signaler. L’essor de la biologie, la naissance de la psychologie, les découvertes de la physique enfin et, spécialement, la théorie de la relativité, per— mettent de ramener la réflexion scientifique sur un terrain ou‘ les techniques divinatoires ne se présentent plus d’une insolite et scandaleuse façon. La biologie restaurant la notion de fina- lité, de « principe organisateur », de plan dynamique, la psycho- logie remettant la notion d’intention ou de forme structurante au premier plan de ses modernes investigations, la relativité réduisant le temps a‘ n’être plus qu’un paramètre relatif dans une équation et détruisant l’hégémonie positiviste du passé et l’hypostase du temps, inclinaient la démarche scientifique a‘ considérer la notion de « divination » au moins comme une ma- ladroite survivance, sinon comme une préparation balbutiante aux prospectives les plus modernes.
De plus, notre époque ou‘ la prévision météorologique et les vastes conquêtes du temps nécessaires aux techniques de l’astro- nautique sont devenues indispensables a‘ nos progrès, pouvait, à ce titre encore, s’apercevoir que l’astrologie avait été une pré- face peut—être périmée, mais néanmoins respectable, de l’astro- nomie, la prédiction tenant lieu d’une archaïque prévision. Cette mutation épistémologique qui, débouchant sur le nouvel esprit scientifique, e’branlait la conception simpliste d’une évo- lution linéaire et continue, allait s’accompagner de nombreux événements historiques et philosophiques qui remettaient en question le colonialisme axiologique et épistémologique de la civilisation occidentale. L’ethnologie, la découverte du monde multiple des cultures et le respect du pluralisme de l’esprit humain devaient tout naturellement replacer dans notre musée de l’Homme, a‘ côté de nos technologies occidentales, tout l’arsenal des techniques méprise’es et des théories excommuniées
et, au premier chef, la collection universelle des méthodes et des outils de la divination.
Car c’est l’un des premiers mérites de cet ouvrage que de mon- trer en un inventaire systématique quelle place primordiale
occupent les arts divinatoires parmi les sujets de l’anthropo- logie culturelle. Par son universalité, sa pérennité et la variété de ses instruments et de ses techniques, on peut même aflîrmer que la divination constitue un chapitre clef de l’anthropologie culturelle. Entre l’anthropologie religieuse qui e’tudie des certi- tudes et l’anthropologie magico-utilitaire qui examine des opérations, la divination instaure un vaste moyen terme : elle revendique pour elle les nécessités fatales du dogme et du mythe, mais aussi les incidentes prospectives des prévisions opé- ratoires. Plus pratique que la spéculation religieuse, mais plus théorique que la magie, la divination semble, dans toutes les sociétés, constituer un carrefour très fre’quente’ ou‘ se rencontrent les doctes de la théorie comme les habiles de la pratique. Si un individu humain peut, a‘ la rigueur, dans une société donnée, se dérober aux croyances de la foi ou se distraire du pragmatisme de l’action, il échappe moins aisément au penchant personnel a‘ la prédiction. C’est que la conscience humaine, toute théorie ou toute pratique mise a‘ part, apparaît essentiellement comme vocation prospective. Dans la psychologie du xxe siècle, c’est la perception qui, remplaçant la mémoire, a ouvert la voie a‘ la réhabilitation de l’imagination. Or la perception est immédiate prévoyance. L’intuitionnisme a relégué l’associationnisme. L’ani- mal rationabile s’est mué en animal symbolicum, l’homo sapiens
s’est découvert homo poeticus.
Mais cet impérialisme prospectif rend toute encyclopédie de la Divination fort difficile a‘ limiter. Car tout est prétexte à pré- vision pour l’inquie’tude ou la curiosité humaines .’ tout devient signal ou même signe d’un à-venir. Tout est instrument de pré- diction : combinaisons abstraites de bâtonnets ou de figures. cartes, signatures astrales, agencement de taches, de grains, de lignes dans la nature ou sur le corps, entrailles d’animaux, nuages, rythme du pouls. lnsidieusement, l’arsenal du devin contamine l’observatoire de l’astronome, le terroir de l’agri- culteur comme le cabinet du médecin. La divination déborde sur la prédiction, la prévision, le pronostic, le diagnostic.
Toutefois, ce n’est pas seulement a‘ ce titre, que ne désavouerait pas un scientisme élargi, de préface à la prévision, de prémices au calcul des probabilités, que la divination peut solliciter le
savant du XXe siècle. Ce n’est même pas simplement intéressée par l’importante collection du musée de l’Imaginaire que l’anthropologie culturelle considère les outils du devin. Mais,
comme en un surprenant miroir, voici que l’anthropologie psy- chologique se reconnaît et se reflète dans les vitrines culturelles
où vient se ranger l’arsenal de la divination.
Déjà bien des techniques, qu’il est convenu d’appeler tra- ditionnelles, s’étaient vu reconnaître avec surprise par le psy- chologue contemporain. C. G. Jung faisait de la vieille alchimie la pre’face a‘ la plus moderne psychologie. Et si Bachelard recommandait au physicien de se garder des rêveries de l’adepte, il invitait au contraire le psychologue a‘ une phéno- ménologie du Grand Œuvre, à une expérience vécue de la
profonde rêverie alchimique.
C’est dans un identique et éclairant « miroir » anthropologique que nous invitent a‘ nous examiner les auteurs de ce livre. Parce
que les arts divinatoires, même pour le savant qui mettrait en doute la vérité des présages et la véracité des augures, apparais- sent d’abord et de façon éclatante comme une complète et ma- gnifique projection anthropologique des potentialités du génie humain. Et si le psychologue peut confirmer ses théories les plus scientifiques par la pierre de touche de l’alchimie, l’astro- logue contemporain a‘ son tour reconnaît bien vite l’étonnante parenté qui existe entre les « signatures » astrales et les « carac-
tères )) psychiques, voire entre la psychanalyse et l’astrologie. Et, nous-même, alors que nous étions attaché à faire un recen-
sement et une classification des structures de l’imaginaire, travail bien éloigné au premier abord de toute préoccupation divina- toire, n’avons finalement trouvé rien de mieux pour classer et qualifier les grandes structures autour desquelles gravitent les images et leurs syntaxes que la quadripartition de l’ancien jeu divinatoire du Tarot. Pour le psychologue de l’imagination, rien ne convient mieux pour éclairer compréhensiv’ement les grands pôles de l’activité imaginaire que « Denier », « Epée », « Coupe» et « Bâton». Avant d’être arcanes de notre destinée, les «lames» mineures du Tarot sont les clefs fort explicites des structures
de notre poétique la plus vitale et de notre génie le plus essentiel. Mnin ni lpc nlm récentes découvertes de la psychologie se
réfléchissent avec étonnement dans les analyses et les fonctionne- ments des procédés divinatoires les plus archaïques, c’est peut-être parce que, très profondément, le destin de l’homme n’est pas différent des potentialités spécifiques du genre humain. Non seulement, selon le mot d’un philosophe, l’homme peut prendre pour maxime (( deviens ce que tu es », mais il ne le peut encore, dans une réversibilité totale, que parce qu’il n’est que ce qu’il devient. Non seulement, comme, a‘ notre époque, on l’admet et on le reconnaît pleinement, la divination est un de’partement de l’anthropologie, mais, réciproque- ment, l’anthropologie tout entière surde’termine la destinée de l’individu humain et rend « fatal » ce qui n’était qu’accident naturel. Et si les structures et les modèles de l’anthro- pologie psychologique se mirent fidèlement dans le primitif globe de cristal culturel des instruments et des techniques divi- natoires, n’est-ce pas tout simplement parce que structures, syntaxes et éléments que décèlent les analyses anthropologiques ne sont précisément humains que parce qu’ils s’ordonnent toujours dans l’espe’rance d’une vocation? Notre désir, notre destin, répondent a,‘ la projection de notre être le plus intime parce que notre être est invocation, potentialité structurante de notre à—venir.
On comprend ainsi pourquoi l’appel qui se manifeste a‘ travers les moyens culturels de la divination répond si exactement aux dimensions et aux proportions de l’homme naturel que mesure l’anthropologie psychologique. Cultures humaines et nature humaine ne sont que les deux faces, les deux modes nécessaires et isolément insufiisants qui ne définissent que simultanément l’essence de l’espèce homo sapiens. Et nul inventaire mieux que celui de cette encyclopédie des techniques divinatoires ne peut révéler au chercheur la projection des polarités essen- tielles de l’être humain, dans les démarches de cette volonté intuitive de maîtriser le destin par la prédiction.
Par ces quelques considérations philosophiques, trop brèves certes, l’on reconnaîtra au moins, nous l’espe’rons, l’importance de l’entreprise réalisée par ce considérable ouvrage. Pour la première fois, non seulement le lecteur amateur d’anthropologie trouvera ici le recensement exhaustif de quelque deux cents
procédés de divination et, outre une précieuse

Laisser un commentaire